Le compositeur

Grégoire Hetzel
Grégoire Hetzel (né en 1972) a étudié l’harmonie, l’analyse, l’histoire de la musique et l’esthétique au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, ainsi que l’orchestration et les rudiments de la composition auprès de Jean-François Zygel. Après avoir composé la musique du Stade de Wimbledon (2002) de Mathieu Amalric, c’est essentiellement à la musique pour le cinéma qu’il va se consacrer, signant une cinquantaine de bandes originales, parmi lesquelles Rois et ReineUn Conte de Noël d’Arnaud Desplechin, Candidature, Les Amitiés Maléfiques d’Emmanuel Bourdieu, Les Ambitieux, Trois Mondes de Catherine Corsini, Meduzot du réalisateur Israélien Etgar Keret, Incendies du Canadien Denis Villeneuve (nominé aux Oscars 2011), ou encore L’Arbre de Julie Bertolucci, film pour lequel il a été nommé aux Césars. Influencée par la post-modernité Américaine (Philipp Glass, Steve Reich,John Adams), par les « slaves » planants Arvo Pärt, Henryk Górecki, par Britten, Stravinsky, Bartok, Barber, mais aussi par la pop, sa musique est essentiellement tonale, mélodique, pulsée. Si elle peut être par moment atonale, voire sérielle, ce n’est jamais par souci spéculatif, mais dans un but toujours expressif.
Grégoire Hetzel est également l’auteur d’un roman, Le Vert Paradis, publié chez Gallimard en 2003.

Le librettiste et vidéaste

Visiter son site TOLEDO ARCHIVES

Né en 1976, Camille de Toledo est écrivain et plasticien. Il a fait ses études à Londres – LSE – puis à New York (Tisch School). Il a publié aux éditions Verticales L’inversion de Hieronymus Bosch (2005) et Vies et mort d’un terroriste américain (2007), qui font partie d’une tétralogie romanesque sur l’ersatz et la duplication du réel. En 2004, il obtient la bourse de la Villa Medicis pour son travail vidéo, Racontez-nous, Anna, et littéraire. Il est l’auteur de trois essais esthétiques et politiques dont Le Hêtre et le Bouleau, essai sur la tristesse européenne (Seuil, 2009). Son travail dans l’entre-des-langues emprunte à plusieurs genres : poème, chant, roman. Camille de Toledo emploie le terme d’« esthétique du vertige » pour qualifier ses écritures. En 2011, il signe Vies pøtentielles (Seuil), un roman fragmentaire où s’affirme le thème de la transmission. L’année suivante, est publié un long poème autour du massacre d’Utøya : L’Inquiétude d’être au monde (Verdier, 2012). Dans son travail de vidéaste et de photographe, Camille de Toledo explore des « strates » de fictions dans lesquelles il excave une forme très picturale. Ses vidéos expérimentales (série du « cinéma pauvre ») ont été présentées à la Femis (2008) et à la Ménagerie de Verre (2012), mais aussi (2002) au Festival de Cannes dans la sélection court-métrage.